Comment calculer combien je vais payer pour la crèche ?

Le calcul du véritable montant de la place pour votre enfant se révèle parfois complexe. Malgré le grand nombre des crèches : les micro-crèches, les crèches publiques et les crèches privées. Pour y remédier, nous vous dédions ce guide qui vous apportera des renseignements pour mieux évaluer le coût de la place pour votre enfant en crèche. Lisez !

Le taux horaire crèche : comment se réalise le calcul ?

En crèche, pour déterminer le tarif de la place pour votre enfant, vous devez multiplier le taux d’effort par votre salaire net, selon le nombre de tous les enfants à votre charge.

A lire aussi : Comment laver son cartable ?

Calculez selon la rémunération du foyer

En crèche, le coût de la place s’avère progressif. Avant tout, sachez que ce dernier variera en fonction des revenus de votre foyer. Pour le calcul, utilisez simplement les revenus déclarés il y a 24 mois. La CAF fixe des revenus plafonds. À ce sujet, au minimum, vous pourrez recevoir 711,62 € le mois. Depuis un bon moment, elle fixe le revenu maximal à un montant de 6 000 € / mois. Vous n’aurez qu’à utiliser ces montants fixes pour effectuer votre calcul (si vous gagnez peu, vous utilisez 711 € et si vous gagnez beaucoup vous utilisez 6 000 €).

Le nombre de tous les enfants à votre charge

Le second point qui vous permettra de mieux estimer le taux horaire de la crèche pour enfant est le nombre d’enfants à la charge. On appelle ceci le taux d’effort. Ce taux, fixé pour un enfant à 0,0619 % représente 0,0516 % pour deux enfants. Pour trois enfants, il s’élève à 0,0413 %. Quand le nombre est entre 4 et 7, il représente 0,0310 %. Pour plus de 8 enfants, le taux grimpe à 0,0206 %. Sachez que le taux inférieur ne sera fixé que lorsque votre famille détient un bénéficiaire (enfant) de l’Allocation d’Education de l’Enfant Handicapé (AEEH).

A lire également : Le divorce à l’amiable, une procédure simplifiée et rapide

Le tarif mensuel crèche : comment se réalise le calcul ?

Dans une crèche, pour une heure, prévoyez en moyenne 0,15 €. Gardez bien à l’esprit que ce montant oscille entre 0,15 € et 3,72 €. Alors, pour déterminer le montant mensuel de la crèche, il vous incombe de multiplier le taux horaire par le nombre de jours effectués. Dans le même temps, vous pourrez aussi utiliser un outil de simulation. Ce dispositif de calcul évaluera à votre place le prix.

Seule la CAF encadre dans une crèche les frais. Ces frais s’établissent en fonction du barème global national. En effet, la crèche s’apparente à un mode de garde assez économique. Parce que sur les couches, les repas ainsi que le lait sont tous compris dans ces frais.

N’oubliez surtout pas que la CAF, comme aide, versé à votre crèche une allocation en fonction du modèle de la Prestation du Service Unique (PSU).

Les aides financières pour la crèche : comment en bénéficier ?

Il est possible de bénéficier d’aides financières pour la crèche. La première aide à prendre en compte est l’Aide Personnalisée au Logement (APL). Cette prestation varie en fonction des revenus du ménage et de la composition familiale, mais son objectif est de réduire le montant du loyer ou des mensualités à payer.

Il y a l’Allocation de Rentrée Scolaire (ARS) qui peut aussi s’appliquer aux familles ayant un enfant en âge d’être accueilli dans une crèche. Cette allocation permet notamment de financer les fournitures scolaires ainsi que les différentes dépenses liées à la rentrée.

La Caisse d’Allocations Familiales propose aussi une solution alternative : le Complément mode de garde. Il vise tout particulièrement les enfants nés après le 1er janvier 2019 dont les parents ont repris leur travail. Pour pouvoir souscrire à cette aide, il faut répondre à plusieurs critères tels que travailler plus de 16 heures par semaine avec un contrat régulier.

De même, certains employeurs offrent une participation financière aux frais engendrés par la garde d’enfants via une prise en charge partielle ou totale des coûts selon leurs politiques internes relatives aux ressources humaines. Pensez donc bien à vous renseigner auprès des différents services concernés afin d’optimiser vos chances d’obtenir l’aide nécessaire pour financer efficacement votre recours à ce service ô combien utile qu’est la crèche.

Les différences de tarifs entre les crèches : comment les expliquer ?

Les tarifs des crèches varient souvent d’une structure à l’autre. Les différences peuvent être expliquées par plusieurs facteurs.

Le type de la crèche est un facteur important dans les différences de prix. Il y a les crèches publiques, gérées et financées par la collectivité territoriale, qui proposent des tarifs plus accessibles que ceux pratiqués en moyenne par les établissements privés lucratifs ou associatifs sans but commercial. Les crèches parentales sont quant à elles gérées directement par une association de parents, ce qui réduit les frais relatifs au personnel, mais nécessite néanmoins leur implication active dans le fonctionnement quotidien du lieu d’accueil.

Le niveau de formation et d’expérience du personnel encadrant peut aussi influencer le coût du service proposé : si vous souhaitez bénéficier de professionnels hautement qualifiés disposant notamment du diplôme DEJEPS spécialisé petite enfance pour encadrer vos enfants durant leurs premières années, cela aura nécessairement un impact sur le montant affiché sur votre devis personnalisé.

Le troisième élément majeur pouvant justifier la variation des coûts se trouve dans l’emplacement géographique où se trouve la crèche. Il faut rappeler que chaque établissement possède ses propres frais fixes indépendamment des éléments cités précédemment, tels que l’entretien du bâtiment, la qualité des repas proposés aux enfants ou bien encore les activités ludiques et pédagogiques organisées pour leur développement. Ces derniers peuvent aussi influencer le prix total demandé par la crèche.

Afin d’être sûr de ne pas avoir des tarifs trop élevés, il faut faire une comparaison entre plusieurs structures en prenant en compte leurs spécificités et leurs avantages respectifs selon votre cahier des charges, mais aussi vos moyens financiers disponibles.